Découvrez le témoignage de Mme Cécile Roy, enseignante des élèves de 3éme SEGPA au collège Beaumanoir à Ploërmel (56)!

1) Quel est le nom du projet ?
New Love, pour une nouvelle vie, c’est le nom de la boutique solidaire de la Segpa du collège Beaumanoir de Ploërmel (Morbihan).

2) Pouvez-vous nous présenter votre projet ? Objet et thématique

L’idée est de collecter et de vendre des vêtements d’occasion, mettant à l’honneur recyclage et solidarité.

3) Quel est le niveau des élèves ?

Les élèves de 3ème Segpa sont plus impliqués que les autres niveaux de la Segpa car le projet se déroule sur leurs heures d’enseignement en atelier professionnel. Cependant, les autres niveaux de la Segpa peuvent aussi s’impliquer de diverses manières.

4) Comment et quand est née l’idée de mener un projet « Mon ESS à l’Ecole » ?

Fin juin 2018, les enseignants de Segpa ont réunis l’ensemble de leurs élèves des 4 niveaux (6ème à la 3ème) pour échanger avec eux autour du thème de l’économie sociale et solidaire et de ses spécificités : le but ? Valoriser l’esprit d’initiative et d’engagement des jeunes, par la création et la mise en œuvre d’un projet collectif visant à produire un service d’utilité sociale. Après plusieurs propositions, l’idée de collecter des vêtements d’occasion puis de les vendre dans une boutique est née. Dès la rentrée des classes, en septembre 2018, les enseignants ont rappelé le thème retenu en fin d’année scolaire aux jeunes, afin qu’ils puissent rapidement définir les tâches de chacun dans la mise en œuvre de la création de leur Entreprise Sociale et Solidaire (ESS).

5) Qu’est-ce que les élèves ont réalisé la première année ? qu’il y a-t-il de nouveau les années suivantes ?

La 1ère année les élèves se sont organisés lors d’un conseil coopératif pour que 4 pôles puissent coordonner leurs actions :
• Le pôle « Aménagement » a géré la rénovation d’un appartement de fonction du collège et la construction des meubles pour équiper cette espace, future boutique. Ce pôle a œuvré principalement durant les heures d’atelier Habitat.

• Le pôle « Vie de la boutique » a fonctionné durant les heures d’Hygiène Alimentation Services et a permis l’organisation du tri des vêtements donnés, leur présentation et l’apprentissage des règles d’accueil de la clientèle. Le pôle a aussi géré aussi la recherche et le contact de partenaires locaux pour apporter un soutien matériel au projet (dons d’équipements divers : cintres, mannequins, miroirs, lustre… ou impression d’affiches par exemple).

• Le pôle « Communication », en cours de Français, a permis de développer les stratégies de communication autour de l’action : création et diffusion d’un spot audio sur les ondes locales, conception de flyers, articles de presse, préparation à une émission en direct à la radio…

Retrouvez le Flyer de la boutique ici!

• Le pôle « Comptabilité », en mathématiques, a assuré de manière générale la gestion financière de l’ESS.

Cette année scolaire 2019/2020, les nouveaux élèves de 3ème Segpa se sont également organisés lors de conseils coopératifs. Ils ont choisi de créer une pièce de vente dédiée aux enfants.
Aussi, les élèves du groupe « habitat » ont rénové deux nouvelles salles pour transférer la réserve « femme » et « homme » dans un autre appartement de fonction face à la boutique actuelle.
Un mannequin est également exposé au sein de l’établissement, il est changé toutes les semaines pour mettre en avant les activités de la boutique.
Autre grande nouveauté: la possibilité de payer ses achats en Galais, la monnaie locale du pays de Ploërmel.

6) Qu’avez-vous mis en place pour favoriser l’appropriation du projet par les nouveaux élèves ?

La mise en place d’un conseil coopératif a de nouveau permis aux élèves de prendre leurs propres décisions quant au devenir de leur boutique.

7) Quels sont les bénéfices pour l’équipe éducative ?

Une cohésion du groupe classe, des élèves motivés sur un projet et une relation de confiance avec les enseignants.
Un projet fédérateur sur lequel l’équipe peut s’appuyer pour divers apprentissage.
Un projet commun qui plaît aux enseignants et sur lequel ils aiment échanger.

8) Quels sont les bénéfices pour les élèves ?

Confiance en soi, meilleur estime d’eux-mêmes, autonomie, responsabilité, communication…
Il y a certainement d’autres bénéfices…

9) A-t-il été possible d’associer d’autres élèves (que le groupe classe) et personnels de l’équipe éducative d’une année sur l’autre ? Si oui, comment les avez-vous mobilisés ?

Cette année, la création d’un « club boutique » le vendredi durant la pause méridienne permet d’accueillir les volontaires de tous niveaux de la Segpa qui souhaitent tenir une permanence de la boutique.

L’option développement durable du collège proposée à l’ensemble des élèves de 6ème de l’établissement a également travaillé sur un projet « recyclage des textiles » en lien avec la boutique.

Les ventes de Noël du collège se sont déroulées au sein de la boutique à l’occasion de sa réouverture, permettant l’accueil d’élèves ayant participé aux confections pour ces ventes, les élèves du club nature, issus de toutes classes du collège.

L’agent technique du collège s’est beaucoup impliqué également cette année en apportant son aide dans la réalisation d’équipement de la nouvelle salle de vente enfant.

10) Que souhaitez-vous faire vivre et découvrir concrètement à vos élèves ?

La solidarité, la coopération, une autre manière de consommer.

Et le plus important pour les élèves de Segpa : valoriser ce qu’ils font, leur montrer qu’ils ont capables de réussir en menant à bien un beau projet.

11) Quelles sont vos ambitions éducatives avec ce projet ? ont-elles évoluées d’une année sur l’autre ?

Mobiliser les élèves autour d’un projet pluridisciplinaire qui a du sens (éducatif et sociétal).
Nous avons souhaité cette année davantage communiquer pour faire connaitre le projet, notamment au sein de l’établissement, en incitant tous les collégiens à venir découvrir la boutique (d’où le mannequin exposé au sein des locaux et un tirage au sort par trimestre pour inviter des élèves à retirer un article gratuit en boutique).

12) Quels sont les acteurs impliqués au sein de l’établissement et à l’extérieur dans ce projet ? Sont-ils les même depuis le début du projet ?

Au sein de l’établissement : l’équipe éducative de la Segpa et l’agent technique du collège.
Cette année, la professeure de SVT s’est impliquée à travers l’option EDD à l’emploi du temps de tous les élèves de 6ème et la professeure d’arts plastiques en créant avec deux classes de 5ème des silhouettes avec robes pour décorer les espaces de la boutique.

Les acteurs extérieurs depuis l’année dernière sont : le relais de Bretagne d’Acigné, le comptoir des rues (recyclerie de Ploërmel), l’OCCE sont impliquée de puis la création.
Cette année, l’association pour la monnaie locale de Ploërmel s’est ajoutée.

13) Quels sont les étapes et évènements marquants pour la suite ?

Tout dépendra du choix des élèves lors des conseils coopératifs mais déjà, les élèves de 5ème Seg

pa très impliqués cette année lors du club boutiq

ue du vendredi, parlent de faire un défilé. Nous pourrions essayer de collaborer av

ec le LP de Locminé (spécialisé dans les formations professionnelles en couture) pour développer davantage l’idée.

Un service café-gourmand pour les clients pourrait aussi être envisagé, en lien avec les activités pédagogiques de l’atelier HAS 3ème et 4ème.
À voir l’année prochaine !

 

14) Quels sont les difficultés et les conseils pour d’autres enseignants qui souhaiteraient continuer le projet avec un autre groupe d’élèves ?

Le 1er impératif est, il me semble, d’avoir une bonne cohésion au niveau de l’équipe pédagogique car il faut trouver du temps pour échanger, faire le point et parfois aussi travailler un peu plus que prévu pour organiser certaines étapes du projet, participer à des évènements… Cela se fait assez naturellement et avec plaisir si le projet est porteur et au final les bénéfices pour l’équipe et les élèves récompensent largement ces efforts.
La motivation des élèves peut parfois ne pas être au rendez-vous…On fait avec, on essaie de trouver des solutions, des compromis, des postes adaptés dans la boutique qui remotivent. On s’adapte ! La majorité du temps ça fonctionne et c’est cela qu’on retient.

 

Retrouvez la vidéo réalisé par les élèves « vendeur, même pas peur » sur le lien suivant